Le mieux-vivre au travail, est-ce pour moi ?


QVT et mieux-vivre au travail, est-ce pour moi et mon entreprise ?

Quand on évoque le sujet de mieux-vivre au travail et de QVT (qualité de vie au travail), voilà ce qui se dit…

 

 

« La QVT est réservée aux grands groupes à plusieurs milliers de collaborateurs ou aux start-up »

Heureusement, tout le monde a le droit d’améliorer ses conditions de travail !
Ne vous privez pas sous prétexte que vous n’êtes que 4 ou 5, vous serez de toute façon plus épanouis en étant heureux.
Récemment, un jeune entrepreneur a reçu le deuxième prix du concours RTL et Artisans Mag’ « Les pros ont du talent ».
François Moreau a été récompensé pour ses actions en faveur de la qualité de vie au travail dans son entreprise baptisée « Envie de changement ».
Et ils ne sont que 6 !
Vous pouvez retrouver l’article complet ici : Article actu.fr

 

 

« Cela va me coûter une fortune »

La remarque la plus entendue. Le budget des entreprises n’est pas extensible, mon offre est donc totalement modulable et adaptable.
Les actions préconisées n’ont rien d’obligatoire mais font l’objet de recommandations.
De plus, les risques psychosociaux (le stress, notamment) coûtent annuellement des milliers d’euros à une entreprise.
Mieux vaut donc consacrer un petit budget pour prévenir plutôt qu’un gros budget pour guérir.

 

 

« Je n’ai pas le temps, je suis déjà surchargé(e) de travail, inutile d’en rajouter »

C’est justement l’enjeu du mieux-vivre au travail : vous protéger contre l’asphyxie et le burn-out.
Il s’agit ici de consacrer quelques heures à la mise en place de mes actions et après le temps dédié sera quasiment transparent.
Nous déciderons ensemble des actions à entreprendre, sans surprise.

 

 

« Je n’ai pas envie d’aller sauter en parachute avec mes collègues »

Ahhh… Les fameuses actions de team building : le saut en parachute, la construction de radeau, l’escape room, le cours de cuisine,
la partie endiablée de paint-ball, etc.
Mises en place pour renforcer la cohésion d’équipe et la bonne entente de chacun, elles ne sont en rien obligatoires !
Votre entreprise n’est peut-être pas la meilleure candidate pour un week-end batucada mais
nous pourrions envisager tout autre chose.
Une fois de plus, la connaissance de votre entreprise m’aidera à vous proposer la meilleure option.

 

 

« Oh la la, mais moi je veux rien dire de négatif, j’ai trop peur »

Souvent formulé par des salariés qui craignent des représailles de la part de leur hiérarchie s’ils expriment une remontrance.
Ils préfèrent donc se taire, quitte à rester dans leur mal-être.
Rassurez-vous, je saurai conserver votre anonymat et transformer les remarques négatives en critiques constructives.
A ne rien dire, on n’évolue pas.

 

 « Encore une lubie totalement inutile »

La qualité de vie au travail n’est pas une nouveauté, le premier chief happiness officer
est apparu dans les années 2000 dans la Silicon Valley.
Le sujet du mieux-vivre au travail est traité en France depuis plus de 10 ans, mais le concept est encore plus ancien.
Nombre d’études démontrent les bénéfices qu’une entreprise peut retirer de la mise en place d’actions en faveur du mieux-vivre au travail :
moins d’absences, plus de créativité, un signal fort aux investisseurs, plus de performance, un avantage concurrentiel.
Retrouvez une description plus précise ici : qu’est-ce que le mieux-vivre au travail ? 
Richard Branson, le PDG de Virgin disait :
« Si vous prenez soin de vos employés, ils prendront soin de votre entreprise »

 

 

Pour finir, posez-vous une seule question :
Souhaitez-vous le mieux pour votre entreprise et les personnes qui font cette entreprise ?
Si la réponse est OUI !  Le mieux-vivre au travail est fait pour vous !